Simon Studer Art | Associés
JR
Bus Bo City Sierra Leone, 2008
JR
28 Millimetres, Women Are Heroes - Exhibition in Paris Octobre 2009, Ile Saint-Louis - Delivery in Paris, under the sun, 2009
JR
Unframed Grottaglie Tchernobyl Italie, 2010
JR
28 Millimètres : Portrait d'une génération, B11, Destruction #3, Montfermeil, France, 2011
JR
Inside Out Abu Dhabi, 2011
JR
Inside Out Palestine, Naplouse, 2011
JR
Unframed, Un groupe posant dans une barque amarrée sur la plage revu par JR, Marseille, vers 1930, Marseille, France, 2013
JR
Bus Bo City Sierra Leone, 2008
JR
28 Millimetres, Women Are Heroes - Exhibition in Paris Octobre 2009, Ile Saint-Louis - Delivery in Paris, under the sun, 2009
JR
Unframed Grottaglie Tchernobyl Italie, 2010
JR
28 Millimètres : Portrait d'une génération, B11, Destruction #3, Montfermeil, France, 2011
JR
Inside Out Abu Dhabi, 2011
JR
Inside Out Palestine, Naplouse, 2011
JR
Unframed, Un groupe posant dans une barque amarrée sur la plage revu par JR, Marseille, vers 1930, Marseille, France, 2013

JR

Né en 1983

JR se considère artiviste, mélangeant l’art et l’action dans son travail.  Il expose ses photographies dans la rue, laquelle il qualifie de « plus grande galerie d'art au monde ». Observant les gens qu'il rencontre et écoutant leur message, il colle leurs portraits dans les rues, les sous-sols, les toits… Dès ses premiers projets, l'artiste affirme vouloir apporter l'art dans la rue pour toucher un public plus large et « revaloriser la personne par sa propre image ». Son travail parle d’engagement, de la liberté et de l’identité.

JR commence sa carrière, après avoir trouvé un appareil photo dans le Métro de Paris. Dans son premier projet majeur, entre 2001 et 2002, il parcourt l'Europe avec son appareil photo, cherchant les artistes qui s’expriment sur les murs. Ses premiers œuvres géantes s’affichent dans les rues de Paris et de Rome en 2003. 

Entre 2004 et 2006, il réalise Portrait d’une génération, des portraits de jeunes de banlieue parisienne qu’il expose en très grand format dans les arrondissements bourgeois de la ville. Ce projet illégal deviendra officiel lorsque la mairie de Paris affichera ces photos sur la façade de l’Hôtel de Ville. Son premier livre « Carnet de rue par JR » est publié en 2005.

En 2007, avec Marco, il réalise Face 2 Face, un projet que certains considèrent comme la plus grande exposition illégale du monde. D’immenses portraits d’Israéliens et de Palestiniens qui exercent  la même profession sont placardés face à face dans huit villes palestiniennes et israéliennes et de part et d’autre de la barrière de sécurité.  Il exposera de nouveau ces portraits à Paris.

En 2008, JR part pour un périple international à l'occasion de Women are Heroes, un projet dans lequel il souligne la dignité des femmes qui sont souvent les cibles des conflits. Un documentaire sur la réalisation de ce projet sortira sur grand écran en janvier 2011.

Le projet, Les Sillons de la ville, présente ses oeuvres sur des bâtiments voués à la destruction à Shanghaï. En septembre 2010, il placarde sur les murs de Vevey (Suisse) des photos géantes des œuvres du Musée de l'Elysée de Lausanne dans le cadre du festival Images.

Dans tous ces projets, les habitants locaux se prêtent volontairement à l’exercice proposé par JR. Ce sont ces mêmes habitants qui l’aident à coller les œuvres sur les murs. « L’exposition » se trouve toujours au cœur de l’action, sur les murs des favelas de Rio de Janeiro, en Inde, au Cambodge ou encore en Afrique.

Grâce à sa « démarche artistique spectaculaire qui rivalise de générosité », JR est lauréat en 2011 du prix décerné par la fondation américaine, TED. Ce prix est attribué aux philanthropes comme récompense aux projets exceptionnels qui participent à la promotion des changements positifs dans le monde, il est rarement attribué aux artistes…